Scanners, 1981

Scanners
David Cronenberg

Comment reconnaître un grand cinéaste ?
Probablement à sa capacité à dévoiler beaucoup en montrant peu. « Scanners » est l’ultime test pour David Cronenberg, et un axe important dans sa filmographie.

Cinéaste du corps par excellence, il déplace son obsession vers cet organe si mystérieux : le cerveau humain. Bien sûr, il s’agit encore de matière, de moelle et de sang, comme l’atteste une séquence devenue célèbre. Pourtant, le réalisateur se confronte progressivement à l’invisible.

A travers un récit de série B idéalement dynamique, dont il a le secret (l’absence de complexe avec lequel il traite son matériau est assez jouissive), Cronenberg déploie un univers fascinant où l’horreur s’infiltre dans les regards de ses comédiens.

Comme dans toute série B, il est nécessaire d’accepter le postulat, de croire que 2 hommes qui se regardent en silence sont, en réalité, 2 télépathes en train de communiquer. Le cinéaste affine encore sa direction d’acteur (qui deviendra l’effet spécial le plus beau de ses films). Il peut s’appuyer, ici, sur Michael Ironside (héritier possible de Jack Nicholson) toile humaine torturée sur laquelle il projette ses obsessions.

 

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 17 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s