Les chiens enragés, 1974

Cani arrabbiati

Mario Bava

Des malfrats dégueulasses, une prise d’otage foireuse, une poursuite sur des routes surchauffées, ou encore : du sang, de la sueur et de la poussière.
Œuvre posthume de son auteur, « Rabid dogs » constitue un fascinant testament qui nous laisse penser que Bava aurait été un grand cinéaste pour les années 70.
A l’opposé du raffinement visuel qui avait fait sa marque, il livre un polar sec à l’image glauque et d’une noirceur absolue.
Les années de plombs font couler le sang en Italie.
Le temps des tableaux grandioses était bien révolu.

~ par 50 ans de cinéma sur 13 décembre 2018.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :