Body rice, 2008

Hugo Viera da Silva

Body rice

Un camp de vacance pour adolescents. Des corps se frôlent, des substances s’ingèrent et la techno gronde sans discontinuer.

Le cinéaste ne cherche aucune proximité avec ses personnages, d’où une distance malaisante qui empêche toute empathie ou identification.

Rien d’autre à faire que d’écouter le battement tribal de la musique, observer les corps et leurs rituels. Doucement, la transe gagne et ces jeunes gens mutiques nous semblent incarner les premiers spécimens d’une race étrange : créatures des premiers âges ou posthumains?

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 17 juillet 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s