L’arme à gauche, 1965

Claude Sautet

arton4705

Ceux qui tentent de sortir Claude Sautet de l’image d’Epinal de l’honnête artisan qualité française citent souvent « Max et les ferrailleurs ». Bon polar mais il me paraît beaucoup moins marquant que « L’arme à gauche ».

Découvert tardivement, le troisième long métrage de Sautet m’a fait rencontrer un cinéaste à l’estomac, pour qui l’espace et le temps ne servaient pas encore à faire ressentir les atermoiements sentimentaux mais la violence et la survie.

Ce film d’aventure moite se conclut par une longue séquence d’action au ralenti, un gunfight sans cartouches où l’on voit l’acteur transpirer pour accomplir quelques mètres sous le soleil et la mitraille.

Ventura s’est rarement rappelé, avec autant d’acuité, son passé de lutteur !

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 9 octobre 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s