Capitaine Blood, 1935

Captain Blood

Michael Curtiz

Avant «Robin des bois», il y avait «Captain Blood». Captain, en français dans le texte  comme captain America, captain Marvel… un héros inconditionnel dans l’imaginaire enfantin.

Et pour capter l’imaginaire, le hongrois aux 80 films, savait s’y prendre. Lorsque Hawks conseilla à William Friedkin de se concentrer sur le rythme et d’oublier ses bullshits psychologiques, il tenait peut-être tout cela de Curtiz.

«Captain blood» est en noir et blanc mais la mer y est verte comme la jungle et le ciel bleu comme les yeux d’Olivia De Havilland. Le seul sang est celui du titre mais son héros esclave, ses fleurets qui guident le cadre et ses chorégraphies d’abordage assurent au spectacle un chatoiement et un mystère tels qu’ils ne sortiront plus de l’imaginaire, fut-il enfantin…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 6 novembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s