Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère, 1976

René Allio

Parfois, pour aimer un film, il faut en passer par d’autres.

Entendons nous, le film d’Allio est extrêmement impressionnant par sa sécheresse, sa manière de rationaliser l’horreur sans que jamais ne pointe une amorce d’explication. Le cinéaste se concentre sur le point de vue des spécialistes de l’époque, spectateurs impuissants dont il serait facile de railler la grille de lecture. Mais leur grille, aussi futile qu’elle soit en vaut bien d’autres, tant le film nous abandonne face au gouffre sombre du crime.

Aujourd’hui, ce film me touche d’autant plus que j’ai vu « La drôlesse » de Jacques Doillon et « Retour en Normandie » de Nicolas Philibert. Ce dernier fut assistant sur le tournage de « Pierre Rivière » et a réalisé un documentaire avec les anciens figurants, plusieurs années après. Ce film très émouvant tendait un miroir émotionnel à l’oeuvre noire de René Allio. On y retrouve Claude Hébert, l’interprète de Pierre Rivière. Drôle d’oiseau, qui traversa le cinéma français à travers 2 films singulier : ledit « Pierre Rivière » et « La drôlesse ».

Le film de Philibert nous montre qu’Hébert a trouvé d’autres routes que le cinéma. Tant mieux pour lui, tant pis pour nous. Sa voix haut perchée et son regard fou offrait une densité unique à ce personnage banale qui avait égorgé sa mère, sa soeur et son frère.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 mars 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s