Sérénade à trois, 1933

Design for living

Ernst Lubitsch

Ce film reste cher au coeur des garçons fragiles. Parce qu’il est drôle et subtil, bien sûr, nous sommes chez l’homme qui inventa l’idée du délice au cinéma.

Mais surtout, il nous aura appris à nous battre et à espérer. Espérer l’amour des femmes volatiles et se battre contre les hommes, les vrais. Après «Sérénade à 3», nous ne serons plus impressionnés lorsque Gary Cooper posera ses pieds sur le siège du train.

De là à traduire littéralement le titre américain «Design for living»…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 6 décembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s