Blow Out,1981

Brian De Palma

Cette fois, De Palma ne refait pas Hitchcock, enfin pas seulement. Cette fois, l’œil s’est perdu dans une récente mise en abîme du monde des images… « Blow out » remake le chef d’oeuvre de Michelangelo Antonioni : « Blow up » !!! Etonnez-vous du vertige ressenti ! De plus, De Palma qui ne copie jamais (et ne filme surtout pas) simplement, décide de substituer au héros photographe, un preneur de son.

Tant de partis pris théoriques ne risquent-ils pas d’emmener le projet vers une vaine austérité, voir une querelle d’idiots savants ? Si je me permets crânement, parfois, de prétendre admirer les théoriciens de l’image plutôt du côté De Palma que Debord, c’est que le premier est aussi un plasticien et un conteur de génie.

« Blow out » n’est pas un essai, un film dossier, c’est un pur film de cinéphile… ou le film d’un cinéphile pur, qui sait ménager un jouissif mauvais goût de série B pour dévoiler in fine toute l’émotion contenue dans son oeil de spectateur/cinéaste idéal.

PS : En 75, l’éternel rival Dario Argento avait déjà fait sa propre variation sur « Blow up » en emmenant David Hemmings à la poursuite de l’image perdue dans le merveilleux « Profondo rosso ».

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 octobre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s