La fille de l’eau, 1924

Jean Renoir


C’est l’histoire d’une orpheline, fille d’un marinier mort noyé, qui se retrouve à faire face au désir de son ivrogne d’oncle, ainsi qu’à une histoire d’amour impossible avec un joli bohémien.
Le désir, la frustration, la nature à la fois sublime et cruelle… dès son second film (premier opus : « La vie sans joie » tout un programme…), le cinéma de Renoir porte la signature de son auteur.
Cette variation sur « Ondine » (lumineuse Catherine Hessling) est donc un peu son « Origine du monde ».
Le cinéaste compose des tableaux oniriques qui lui permettent de créer un expressionnisme populaire et d’inviter le petit peuple de France dans un cauchemar freudien où l’angoisse et le plaisir lui siéent si bien que l’on peut regretter que si peu l’aient plongé dans un tel chaudron.

~ par 50 ans de cinéma sur 24 juin 2018.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s