Mardi après Noël, 2010

Marti dupa craciun

Radu Mutean

C’est l’histoire banale d’un homme mûr, bien arrivé, marié, un enfant, une maîtresse. Dans des circonstances toujours banales, l’épouse va rencontrer l’autre femme, sans que cela fasse un véritable drame, mais voilà l’homme contraint de choisir.
Le cinéma roumain s’est fait une sorte de spécialité des chroniques glauques, et tout ici pourrait correspondre à cette caricature. Le personnage principal suit en effet la mauvaise voie de manière inéluctable, le film le suivant cruellement dans son erreur.
« Mardi, après Noël » est peu aimable.

Toutefois, sa mélancolie sombre ne lasse pas de toucher.
Le héros ne pouvait que se tromper. La mise en scène se fait un devoir de lui expliquer : seule la séquence d’ouverture le montre dans le même plan que son amante. Par la suite, la composition les séparera systématiquement dans le cadre.
Avec son impitoyable caméra, Radu Mutean propose un puissant traité de solitude.

~ par 50 ans de cinéma sur 21 juin 2018.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s