Alice au pays des merveilles, 1951

Alice in wonderland

Walt Disney



Une petite fille seule dans un asile de fous.
Ce qui aurait pou servir de tagline racoleuse pour un film d’exploitation italien est en réalité l’expression horrifiée d’un ponte de Disney en découvrant le nouveau dessin animé du studio roi du divertissement familial.
Cri d’horreur ou aubaine, on peut se demander si tous les participants ont eu la même réaction.
L’histoire est connue : alors qu’elle révise d’ennuyeuses leçons, Alice sombre dans une rêverie dont la tire un lapin blanc très en retard…
1951, ce n’est pas encore le flower power, mais quelques dessinateurs californiens semblent l’avoir pressenti.
« Alice au pays des merveilles » marque une légère rupture dans la filmographie de Walt Disney. Les films précédents se référaient très directement aux légendes européennes et conservaient une esthétique expressionniste dont « Blanche neige » est sans doute le parangon.
« Alice » conserve l’inquiétante étrangeté des contes mais fait souvent penser à un scopitone du swinging London.
C’est d’ailleurs sa dimension très anglaise qui le fait basculer dans le psychédélisme.
L’oeuvre de Lewis Carroll, faite de non-sens et de jeux de mots, constitue un défi pour une adaptation cinématographique. Il semble que les scriptes se soient multipliés comme les personnages et les pistes narratives du métrage final.
Disney avait peut-être en tête une sorte de best of de son oeuvre avec ce fourre tout délirant (une héroïne pure confrontée à une méchante reine, un concert de fleurs comme dans « Fantasia », des rêves acides comme dans « Dumbo »…) mais le producteur démiurge, conservateur par excellence, a surtout ouvert la boîte de Pandore pour les beatniks des années 60 à venir.


~ par 50 ans de cinéma sur 22 avril 2018.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s