A bout de course, 1988

Running on empty

Sidney Lumet

Une fois de plus, Lumet nous ballade en Amérique : celle des cavales et des routes infinies. Pourtant, nous ne sommes pas devant un road movie, encore moins devant un polar.
Lumet nous ballade dans une Amérique peu vue, mal connue : celle des petits enfants du Maccarthysme et des hippies perdus chez Reagan.
Avec beaucoup de douceur, le cinéaste nous parle d’un pays immense qui ne se comprend plus et des idéalistes devenus parents.
Au bout de la course, il y a encore la course : celle, magnifique, de l’éternel adolescent River Phoenix abandonné par ses parents pour le protéger de la police. Un jeune garçon dévale les routes infinies de ce paysage sans limites, fuyant les crimes imaginaires de sa famille dans un pays sans passé.
Sans nul doute, l’Amérique est à lui.

~ par 50 ans de cinéma sur 7 février 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s