L’état des choses, 1982

Der stand der dinge

Wim Wenders

Au Portugal, dans un hôtel dévasté par une tempête, une équipe de cinéma tourne The Survivors, le remake d’un film de science-fiction des années cinquante. Mais le producteur disparaît soudain sans laisser d’argent, et le tournage doit être arrêté. La consternation fait place au desoeuvrement, puis a l’attente…
Le film dans le film est un exercice ingrat et infiniment périlleux. Peu d’artistes en sortent indemne. La mis en abîme est une discipline dangereuse qui menace constamment de perdre dans les méandres du nombrilisme ou de dévoiler une panne d’inspiration cruelle.Wim Wenders réussit pourtant l’un de ses plus beaux films grâce à une mise en abîme.
Défi ultime, il s’agit d’une histoire de tournage avorté. Image superbe et musique fascinante (le toujours précieux Jürgen Knieper) créent l’écrin de cette réussite.
Mais, revoir « L’état des choses » permet surtout de comprendre que Wenders était le réalisateur parfait pour le désert, mental ou physique.
Il s’y perdra dans quelques années et la grâce de ses premiers films s’effacera, alors, inexorablement. Mais jusqu’à « Until the end of the world », il saura filmer comme personne la vacuité des paysages américains et interroger l’esprit de ses grands maîtres.

~ par 50 ans de cinéma sur 12 octobre 2017.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :