Le trésor d’Arne, 1919

Herr Arnes pengar

Mauritz Stiller

Si la jeune fille assassinée dans « La source » était revenue hanter les lieux de son meurtre, peut-être nous aurait-elle entonné des complaintes sur les crimes restés impunis, peut-être nous aurait-elle conté « Le trésor d’Arne ».
Dans la Scandinavie des origines du cinéma, un trio de crapules brûle une auberge et tue la fille du tenancier. Devenus riches grâce à leur méfait, ils reviendront dans le village en notables. L’un d’entre-eux séduira même la soeur de la défunte. C’est ici que cela devient une histoire de fantôme.
Mauritz Stiller utilise la Suède avec ses paysages grandioses et ses mythes millénaires mais la représente également souillée par l’ignominie des hommes.
Face à cela, il oppose le monde des esprits avec son art, si récemment inventé.
Le fantôme dans le cinéma muet prend forme de manière unique, à l’aide d’une technique simple et pure, celle de la transparence.
Dès lors, le criminel ne sera jamais tranquille, chaque strate de lumière sur la pellicule pouvant révéler un personnage d’un autre monde.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 7 août 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s