Mulholland drive, 2001

Mulholland drive
David Lynch


Après la chevauchée roots de « The Straight story », David Lynch revient chasser sur les terres du show business pour en révéler les monstrueuses origines.
Cannibalisme et inceste sous-tendent l’industrie du rêve.

Mais Lynch se fait plus retors que jamais en investissant lui-même brillamment le spectacle, offrant son divertissement le plus séduisant. Concrétisant le rêve inavoué d’Alfred Hitchcock, il invente l’uns des couples les plus glamours de l’Histoire du 7e art : la brune Laura Elena Harring, amnésique perverse, et la blonde Naomi Watts, fragile femme fatale.

Certains ont tenté de voir l’oeuvre en boucle afin d’en révéler tous les mystères. Réflexe idiot qui ne fait que confirmer par l’absurde la maestria du geste de Lynch qui nous réduit définitivement au stade d’enfant cinéphile avide, suppliant sans cesse pour sa pitance.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 4 juillet 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s