La chambre verte, 1978

François Truffaut

Un homme vit dans le souvenir de sa femme morte et a amenagé, dans sa maison, une chambre vouée au culte de son épouse.
Où lorsque le cinéaste-cinéphile ultime dévoile tout : Cette chambre verte, c’est un peu ses cahiers jaunes. Un mausolée aux artistes défunts, un sanctuaire pour les âmes en peine qui ne les connaîtront jamais, mais tâcheront de maintenir le culte.Oui, la cinéphilie, c’est religieux ! C’est romantique ! C’est donc aussi profondément morbide. S’agit-il d’autre chose que d’habiter le monde des fantômes ?

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 27 mai 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s