Companeros, 1970

Vamos a matar, companeros

Sergio Corbucci

l

Saisi dès la première seconde par le mantra morriconien Vamos amatar companeros!, le spectateur ne pourra jamais quitter la farandole.

Corbucci lance la course et compile les meilleurs idées que Goscinny avait oublié pour Lucky Luke. Le cinéaste, lui -même, a parfois du mal à suivre son action brouillonne. La mise au point se perd dans la fumée des gunfight ou dans les volutes des poursuites dans le désert.

Qu’importe, Tomas Milian cabotine sur sa partition préférée d’abruti rusé et Franco Nero lance des oeillades canailles, trop heureux d’avoir lâché le cercueil de Django.

Qu’importe puisque l’hymne de Morricone redonne sans cesse la rage aux plus épuisés des canassons.

Siempre vamos

 
Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 29 mars 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s