Sandra, 1965

Luchino Visconti

47955_be5e1a58d6534dd874e951657d259fe5

Une riche héritière se rend sur les lieux de son enfance, marqués à la fois par l’Holocauste qui a emporté son père et par un inceste vécu avec son frère. Son époux tiendra le rôle ingrat du témoin impuissant de ces invocations troubles.
La matière scénaristique est lourde et Visconti en tire un mélodrame honorable.
Si le film reste en mémoire, il le doit à une photo somptueuse d’Armando Nannuzzi et à Claudia Cardinale.
La reine Claudia irradie dans un noir et blanc lascif, chaque plan se voyant sommé de se mettre au diapason de son regard bouleversant.
Aucune lourdeur ne peut appesantir son jeu gracieux et l’on se dit alors que le flacon du mélo importe peu : filmer la Cardinale est une raison en soit de faire du cinéma, et du grand cinéma.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 février 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s