Pas d’orchidées pour Miss Blandish, 1971

The Grissom gang

Robert Aldrich

pas-d-orchidees-pour-miss-blandish-3-g

La riche héritière et capricieuse Miss Blandish est victime d’un rapt. Mais les ravisseurs se font voler leur proie par des confrères de meilleure envergure…

Ce qui est formidable dans ce film, c’est à quel point il est vulgaire! Casting de sales gueules, violence paillardes, bas instincts toujours au bord de l’explosion… pas d’orchidées, certes! Pas même de chrysanthèmes!

Tarantino cite facilement cet opus d’Aldrich parmi ses (multiples) références. La filiation paraît assez évidente, pourtant lui-même succombera à la mythologie des gangsters. Chez Aldrich, ces derniers ne sont jamais élégants, glamours, pas même mystérieux, juste des animaux plus primaires que les autres et donc plus rapides dans la manifestation de leurs pulsions.
Le gang qui enlève Miss Blandish nous débarrasse définitivement du mythe poussiéreux de l’honneur perdu des bandits de la vieille école.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 9 décembre 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s