L’enfer est pour les héros, 1962

Hell is for heroes

Don Siegel

file5_zpsa535d1a6

Dans les Ardennes, en 1944, des soldats américains se heurtent à la résistance d’un blockhaus allemand.

Un film de guerre, réalisé par Don Siegel avec Steve McQueen et James Coburn, voilà qui fleure la testostérone concentrée. Histoire de dissiper tous les doutes, le seul rôle féminin est bien loin dans le générique… il s’agit de la séduisante traîtresse…

Et pourtant, Coburn apparaît avec une grâce de funambule, fin danseur entre les mines et les bombes. Quand à Steve McQueen, il nous aura rarement semblé aussi fragile. Le cowboy iconique s’est mué en fantassin inquiet dont le moindre cillement se ralentit sous le poids de toute la guerre.
Don Siegel introduit une fois de plus de l’ambiguïté dans un cinéma d’aspect monolithique. Sans catéchisme pacifiste, il filme ce qui l’intéresse: le désarroi face au chaos, soit du sang, du métal et de la merde.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 6 décembre 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s