Redline, 2009

Takeshi Koike

redline_screen

Dans l’album « Ruée sur l’Oklahoma », le méchant qui s’oppose à Lucky Luke appose sur tout et n’importe quoi le terme inique. Lorsqu’on lui demande pourquoi cette obsession sémantique, il réplique que c’est un joli mot et que les gens ne le comprenant pas, ils peuvent lui donner la signification qu’ils souhaitent.
Il existe aussi quelques mots valise en sémiologie du cinéma, des mots jolis auxquels nous donnons le sens que nous désirons, des mots que l’on serait bien incapables de définir stricto sensu : des mots comme méta ou cinégénie.
Personnellement, j’aime beaucoup le second, même s’il heurte mon correcteur d’orthographe et que sa définition dans le dictionnaire (« fait d’être mis en valeur par le cinéma ») reste peu satisfaisante.
Cinégénie, c’est quand même beau cette manière de rassembler le cinéma et le génie. Cela m’évoque une beauté propre au 7e art, un élément qui déploierait de manière puissante et gracieuse le temps et l’espace par le biais du mouvement.
Par exemple, les machines poussés à leurs limites jusqu’à la déformation, la métamorphose éternellement inachevée des couleurs, la vitesse filmée comme un orgasme et des corps déchirés entre la souffrance et l’extase…
Par exemple « Red line ».

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 12 octobre 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s