La chienne, 1931

Jean Renoir

la-chienne-1931

Le titre est tellement cru que l’on opte prudemment pour la métaphore. Mais non, la chienne, c’est bien cette Lulu de Montmartre qui emmènera à sa perte le bon Legrand interprété par Michel Simon.
Alors Jean Renoir patron putatif des rappeurs machistes?
Pas tout à fait. Et si l’on veut filer l’analogie musicale, ce film pourrait constituer le pendant de la ballade sardonique «Monsieur William» fredonnée par Léo Ferré. Les ruelles de Paname font échos à la 13e rue comme aux dédales de «Metropolis».
L’employé modèle suit la femme de petite vertu et souffrira. Mais souffrira-t-il autant qu’elle? Et cette souffrance n’est elle pas le prix inversé d’une vie de vertu?
Legrand sait que si les hommes modèles ne suivaient pas les femmes dissipées, il n’y aurait pas de film.

la-chienne

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 17 septembre 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s