Les poings dans les poches, 1965

I pugni in tasca

Marco Bellocchio

Mai 68 n’est pas encore arrivé, mais déjà, des jeunes gens rageurs s’adonnent au matricide, une manière comme une autre d’anéantir l’ordre ancien.

Ces jeunes gens, ce sont Lou Castel et Marco Bellocchio. Le premier redéfinit la perversité au cinéma, offrant un aîné à Alex, héros de « Orange Mécanique », bien aidé par la soeur infernale Paola Pitagora. Le second débute un drame néoréaliste qu’il secoue de saillies nouvelles vagues.

Aux avant gardes de la psychanalyse sur grand écran, le cinéaste se concentre sur une famille incestueuse pour évoquer une Italie malade du cauchemar fasciste, terreau fécond pour les jeunes gens en colère des années de plomb.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 15 août 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s