El Chuncho, 1965

Quien sabe
Damiano Damiani

A la fin, Gian Maria Volonte crie à un enfant qui mendie pour du pain : achète plutôt de la dynamite!

Tout ne fait que commencer, avec cette histoire d’agent américain infiltrant la révolution mexicaine. Damiani trace la voie à un cinéma latin et politique et les mitrailleuses font leur apparition dans le western.

Au Brésil, quelques artistes inventent le cinéma Novo. Glauber Raucha reprendra le flambeau du révolutionnaire Volonte avec « Antonio das mortes ».

Au Chili, la CIA tentera bientôt d’imposer un nouveau gouvernement..

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 13 août 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s