Le procès, 1962

The trial
Orson Welles

Kafka au cinéma, voilà une évidence qui aura étonnamment peu fonctionné.

On peut imaginer qu’Orson Welles avait quelques atouts. Le génie, certes ! Mais le géant du cinéma a vécu un parcours de luttes incessantes pour mener à bien son oeuvre. Lui, le golden boy, se retrouvait à quémander auprès des studios pour mettre sur pied des films qui seront immanquablement considérés comme des chef d’oeuvre, dans les décennies à venir.
Artiste maudit, il se retrouve à jouer les faire valoir à la télévision et dans des séries B de seconde zone. Une « Métamorphose » constante pour accéder au « Château »… comme le parcours inversé de son séminal « Citizen Kane ».
PS : Dans cette aventure, Welles a eu l’idée d’emmener Anthony Pekins, comédien fragile qui portera à jamais comme une malédiction le succès de « Psychose ». CQFD!

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 30 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s