Il était une fois en Chine, 1991

Wong Fei-hung
Tsui Hark

Le cinéma de Hong Kong, c’est lui.
Histoire de bien le rappeler, Tsui Hark signe une franchise de blockbusters colossaux et révèle la nouvelle superstar martiale : Jet Li.

Les aventures picaresques de Wong Fei Hung condensent le meilleur du cinéma populaire de l’île :
violence déréalisée en ballets abstraits, montage élevé au rang d’art majeur et héroïsme premier degré qui manquait fondamentalement aux gamins avides de sensations sur pellicule que nous sommes.

voir aussi

Zu, les guerriers de la montagne magique

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 21 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s