Orange mécanique, 1971

A clockwork orange
Stanley Kubrick

Dans un univers parallèle, le monolithe de « 2001 » aurait révélé des humeurs méphitiques.

Le blanc serait devenu la couleur du maléfice.

Les jeunes gens adopteraient comme passe-temps suprême d’infliger la douleur à autrui.

Les adultes se partageraient entre gestion fasciste des mauvaises pulsions de leur progéniture et décadence comme aux dernières heures de Rome.

La grande culture se verrait renvoyée à l’âge de pierre. Les fresques s’orneraient de bites dressées et Beethoven composerait des hymnes malsains.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 13 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s