Yojimbo, Le garde du corps, 1961

Yojimbo
Akira Kurosawa

Le samouraï qui annonce le western italien, c’est lui. Non content d’ouvrir la voie au ronin cynique Sanjuro ou au sanguinaire Itto Ogami (entre autre), Kurosawa offre aux années 60 l’une de ses premières figures de chevaliers contestataires autour duquel les empires s’écroulent.

Au delà des tractes politiques de l’époque, nous aurions peut-être dû nous interroger sur le symbole de ce héros iconique qui détruit l’ordre ancien mais conserve une profonde ambiguïté avec toute idée de progressisme.

Yojimbo (comme ceux qu’il inspirera) est un héros viril condamné à la solitude absolue.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 11 juillet 2016.

Une Réponse to “Yojimbo, Le garde du corps, 1961”

  1. C’est pas faux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s