Le gouffre aux chimères, 1951

The big carnival / Ace in the hole

Billy Wilder

Déjà méfiant envers Hollywood, Wilder annonce que la montagne magique a enfanté un monstre autrement plus dangereux : la télévision. Victimes consentantes, nous autres spectateurs, ne résisterons pas à ses charmes. Nous aimons ce qui est puissant…

Pour la légende, cette première production du grand Billy fut victime d’un échec cuisant et de critiques assassines. Le public reçu mal les cruelles vérités qui lui étaient renvoyées.

Si le film a si bien vieilli, il le doit à la troublante véracité de sa dénonciation (un journaliste s’organise pour que le sauvetage d’un homme soit ralenti pour avoir un meilleur scoop) et, peut-être aussi parce que nous gardons une tendresse pour les salauds sur grands écrans.

A ce jeu, Kirk Douglas s’amuse énormément et régale ses spectateurs. Il faut dire que son personnage joue la même partie. Un beau gosse dans une mauvaise passe se refait en oubliant le moindre scrupule. Il manipule les victimes, séduit la femme d’un honnête homme et se moque du public qui en redemande…

La démonstration de Wilder est implacable : cette puissante manipulation nous passionne!

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 5 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s