L’ennemi public, 1931

The public enemy
William A. Wellman
601474_417658668257060_2120324209_n

Joe Pesci et Tony Sirico ont probablement pas mal révisé l’éruption du volcan Cagney. Celui-ci inaugure les années 30 avec un portrait de gangster mythique et terminera la décennie par un film jumeau, «Angels with dirty faces».

Entre les 2, peu de changements. Il faut dire que «L’ennemi public» était déjà un requiem.

Les gangsters sortent du muet et en paraissent euphoriques. Ils conservent l’expressivité du mime tout en se grisant de tirades. Les gangsters se font tout un cinéma… ce qui les perdra inéluctablement. Car après le burlesque et le polar, Wellman termine le film sur un plan stupéfiant qui gravera à jamais le lien entre film noir et film d’épouvante.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 29 juin 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s