Les 2 orphelines, 1921

Orphans of the storm

David Wark Griffith

Eric Rohmer s’est probablement inspiré de la grille de lecture de Griffith, lorsqu’il s’est attaqué à son tour à la révolution française. L’étrange «L’anglaise et le duc» fut, en 2000, l’une des rares représentations françaises critiques des évènements de 1789.

Comme souvent dans les films américains, l’esprit de Robespierre est présenté dans une dimension phobique.

L’homme qui avait filmé la naissance de sa propre nation dans le sang ne pouvait observer la révolution française que comme la destruction d’une autre.

Pourtant, le cinéaste laisse aux orphelines la maîtrise de l’avenir.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 juin 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s