La petite vendeuse de soleil, 2000

La petite vendeuse de soleil
Djibril Diop Mambety

C’est le dernier film de Mambety, il est plein d’espoir. Merci pour lui, merci pour nous.
La petite marchande de soleil aurait pourtant de quoi haïr le monde, la vie, ses parents. Elle est orpheline dans une métropole de l’un des pays les plus pauvres du monde. En plus, la petite marchande boîte cruellement.

Mambety est trop lucide et, surtout trop proche de la réalité de son personnage pour prétendre nous montrer un conte de fée. La petite fille restera boiteuse et pauvre, elle sera même victime de la violence des autres enfants de la rue, misérables prédateurs pour qui elle est la proie la plus facile.
Toutefois, le cinéaste ne se résout pas à l’abandonner dans le pathétique. Cette enfant souffre, son squelette est tordu mais elle est, néanmoins, pleine de vie.

Djibril Diop Mambety se consacre donc à suivre les efforts de ce corps qui se relève sans cesse.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 19 juin 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s