Le capitan, 1960

André Hunebelle

Le capitan009

Il paraît que Jess Franco comptabilise plus d’études sur son cinéma que Steven Spielberg. C’est le paradoxe de l’ère numérique, les fans ont pris leur revanche sur les universitaires. Ne cherchez pas Syderberg en DVD, par contre vous trouverez près d’une dizaine de versions de «Cannibale holocauste» éditées avec un soin maniaque.
Avec l’aide de l’ami Tarantino, le bis est devenu hype. Et si les cinématographies italiennes et japonaises ont été considérablement défrichées, on ne cesse de découvrir des curiosités mexicaines, polonaises, philippines…
Au milieu de cet océan aux 1000 trésors, un voile pudique continue de recouvrir le patrimoine français. Jean Rollin a connu son quart d’heure de gloire et quelques pervers se délectent des productions Eurociné mais il semble globalement admis que l’hexagone est un désert pour le cinéma de l’étrange, le B, le Z (même le X serait moins créatif qu’ailleurs!).
Peu de chance de voir un jour réhabilité les soldats Grangier, Borderie ou Hunebelle. C’est là que l’on se sent investi d’une mission. Au nom des souvenirs d’enfance, il me faut dire que André Hunebelle a réalisé de supers films. Pas que, mais aussi.
Evidemment, d’un point de vue personnel, sa filmographie compte trop peu de sabreurs manchots, de zombies ou de desperados à mitrailleuse… De son côté, il devait bien s’en moquer. Entre Oss 117, Fantomas et les Charlots, Hunebelle a usiné un grand nombre des blockbusters de son époque.
Nous nous sommes rencontrés au détour d’un genre : le film de cape et d’épée. Dans ce registre, le plaisir du cinéaste semble à la mesure de celui du spectateur : costumes chatoyants, donjons escarpés, poursuites à chevaux et nobles sentiments… soit l’essence du cinéma de quartier, avec les yeux de Jean Marais et le rire de Bourvil en plus.
J’ai trop aimé «Danger Diabolik» pour ne pas reconnaître que la jubilation éprouvée devant le film de Mario Bava se faisait l’écho des après-midi exaltés à voir et revoir «Le capitan».

capitan1

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 8 juin 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s