Monsieur Verdoux, 1947

A comedy of murders

Charlie Chaplin

monsieur-verdoux-14-1-g

Le muet n’est plus à la mode, au grand désespoir de Chaplin qui répondra par ses plus grands films, les faussement parlants «Dictateur» et «Temps modernes».
Toutefois, dans l’histoire du cinéma, chaque évolution technique adoubée par le public se révèlera irrévocable. Le grand mime devra donc en passer par la voix.
Son premier film post Charlot ressemble alors à une provocation pleine de rage. Qu’on en juge : Il incarne lui-même un employé ruiné par la crise de 29, dont le salut réside dans l’assassinat de riches veuves.
L’histoire est librement inspirée de l’affaire Landru et reflète peut-être aussi la relation complexe et boulimique que l’artiste entretenait avec la gente féminine.
Le cynisme est jubilatoire, mais Chaplin est pris à son propre jeu. Tout en suavité, il crée l’une de ses plus belles compositions d’acteur, et en tant que metteur en scène, livre l’inconscient monstrueux de son personnage si populaire.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 mars 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s