Bianca, 1986

Nanni Moretti

18970732

C’est peut-être le plus aimable des films de Moretti. Bien sûr, Nanni pique quelques colères et ne résiste pas à donner des leçons aux butors qui croisent son chemin. Mais le poids des années Berlusconi ne se fait pas encore trop sentir, les masses ne sont peut-être pas encore complètement abêties par la télévision. Nanni peut se permettre de rire, voir de fanfaronner… un peu comme dans une comédie italienne. On le comprend, parce qu’il se prend des râteaux comme dans une mémorable scène de plage, mais on le comprend surtout parce que Bianca c’est Laura Morante.
Ces 2 là auront un enfant. Ils ont raison de rire car l’avenir ne leur réserve pas que des cadeaux. Bientôt, le petit écran carré dévorera le plus beau cinéma d’Europe, « Ginger et Fred » ne seront plus que des ringards de variété.
D’ailleurs, dans seulement 2 ans, Moretti nous dira que « La messe est finie ». Il se réfugiera dans son « Journal intime ». Et plus tard encore, il reviendra, avec la belle Laura, errer à la recherche de ce qui s’est perdu dans « La chambre du fils ».

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 7 mars 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s