Frontière chinoise, 1966

Seven women

John Ford

7-women-1966-001-anne-bancroft

Alors que les italiens s’emparent inexorablement du genre qu’il a si profondément marqué, John Ford réalise son dernier western.
Histoire de faire une fleure aux cinéphiles, le filme se pare d’une aura crépusculaire.
Histoire de ponctuer une oeuvre dédiée aux héros américains, il conte une histoire de femmes qui se déroule en Chine.
Le changement de lieu ou de sexe n’est qu’un leurre, il s’agit toujours de héros et de western, plus que jamais, crépusculaire.
Les 7 femmes du titres ont des histoires, des cultures et des âges différents. Rien ne devait les réunir si ce n’est qu’elles comprennent qu’elle vont mourir ensemble. Ford filme leur peur et leur lâcheté, leur combat et leur courage, avec la pureté des grands films de fin du monde. Dès lors qu’importe qu’Anne Bancroft remplace John Wayne, un héros est un héros.
On peut même imaginer Ford rire de détourner ainsi sa fameuse maxime : Aujourd’hui, nous allons filmer le plus beau des paysages, le visage d’un homme…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 1 mars 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s