Monsieur Ripois, 1954

René Clément

Nous le savons bien, il faut se méfier des séducteurs. Mais savent-ils à quel point ils doivent se méfier d’eux-même?

René Clément, qui s’y connaissait en manipulation, saisi avec cruauté le leading man du cinéma français des fifties, dans son aspect le plus minable.

Nous saurons gré à Gérard Philippe de relever le défi. Homme enfant ou Casanova? Nous jubilerons de le voir dévoré par une caméra sadique qui ne fait que le flatter pour finalement lui renvoyer sa belle gueule comme une malédiction.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 29 décembre 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s