La malédiction des hommes chats, 1944

The curse of the cat people

Robert Wise

La «Féline» de Tourneur avait assurément ouvert des portes et constitue toujours un passionnant objet théorique. Je dois, néanmoins, confesser un faible pour sa suite.

La notion de suite est, d’ailleurs, toute relative, comme le marque par l’absurde le titre français (qui laisserait supposer que ce sont désormais des fantasmes masculins qui hantent des femmes).

Le jeu entre le visible et l’invisible est tout aussi ludique et la suggestion toute aussi excitante. Mais, le producteur Val Lewton et le cinéaste Robert Wise orientent le projet vers le pur onirisme. A la sécheresse de la série B, ils préfèrent ici les visions, les fantômes et les rêves… ce qui n’est finalement qu’une trahison fidèle de l’esprit de Tourneur!

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 26 décembre 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s