Miracle en Alabama, 1962

The miracle worker

Arthur Penn

i03k0rfgzezv0v3i

Tarantino avait beaucoup déçu Daryl Hannah lorsqu’il lui révéla que son inspiration pour la scène de la caravane dans «Kill Bill» provenait de la série kamikaze «Jackass». On peut comprendre la consternation devant cette référence si peu noble.

Mais qui nous dit que la bande à Johnny Knoxville ne s’est elle-même pas inspirée du cinéma d’Arthur Penn.

Adapté de la vie d’une institutrice innovante auprès d’une enfant aveugle et sourde, le scénario de «Miracle en Alabama» contient tout ce qui nous fait horreur dans les films à Oscars : le handicap comme leçon de vie, l’apprentissage comme itinéraire moral, la famille comme décor, les performances comme jeux d’acteurs…

Mystérieusement, par sa mise en scène, le film d’Arthur Penn contient tout ce que nous aimons dans les films de genre : le corps comme source d’horreur, l’apprentissage comme chemin de douleur, la famille qui explose au fur et à mesure qu’elle détruit le décor… et de sacrées performances d’acteurs.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 5 octobre 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s