L’arnaqueur, 1961

The hustler

Robert Rossen

L'arnaqueur

A force de variations autour de motifs semblables, le polar est aujourd’hui une entité composée d’une multitude de sous genres.
Série noire, film de casse, film de prison, whodunit… avec le temps, des genres différents s’y sont greffés, comme le film de sport (de boxe en particulier), du moment qu’on y trouve l’homme seul face à son destin dans un univers urbain.
Le film de jeu a fait le lien. Au trivial poursuite, les jeux font partie de la catégorie sports. Au cinéma, les histoires de poker ou de casino, sont souvent dans des polars.
Tout cela pour dire que « L’arnaqueur » n’est pas un polar. Il y ressemble, pourtant tellement, que les mésaventures de Fast Eddie Felson, champion de billard roublard, se teinte d’une mélancolie métaphysique qui n’a même pas besoin de crime pour nous toucher.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 8 septembre 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s