Pulsions, 1980

Dressed to kill

Brian De Palma

dressed-to-kill

C’est intéressant l’autopsie d’un oeil. Dario Argento avait hasardé que l’on y découvrirait les dernières images vues par le mort.
Brian De Palma (éternel rival d’Argento dans la grande décomposition des images) répondra qu’on y trouve bien plus, à savoir la mémoire du cinéma dans son ensemble.
Qu’y a-t-il dans l’œil de De Palma ? Hitchcock et le pop art, la série Z et la grande peinture. Le cinéaste va laisser alors divaguer sa caméra dans ces eaux troubles pour déployer un thriller psychanalytique langoureux dont il a le secret.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 23 août 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s