Quand Harry rencontre Sally, 1989

When Harry met Sally

Rob Reiner

When-Harry-Met-Sally

Harry et Sally nous auront permis de passer de délicieux moments. De croire à la comédie américaine et de faire les malins en traquant les hommages à Lubitsch et Cukor, de fantasmer sur une possible filiation entre Katherine Hepburn et Meg Ryan.

Pourtant, « When Harry met Sally » est un enterrement ! De première classe, certes.

Historiquement, le film de Rob Reiner crée l’axe entre 2 périodes. Comédie d’obédience Allenienne, il représente le dernier exemple de film subtil pour grand public. La guimauve étouffera toutes ses imitations et tendra le retour de bâton des trashcomedy des années 2000. Dans « When Harry met Sally », Meg Ryan simule un orgasme avec distinction, quelques années plus tard, ses collègues recevront un jet de sperme dans les cheveux, molle réaction.

Ce que ne nous disait pas le film de Reiner, c’est qu’héritier du grand cinéma hollywoodien, son propre héritage ne serait pas au cinéma. Les enfants de Harry et Sally s’ébattront sur petit écran. Tant pis !

Ils s’appelleront Jerry Seinfeld, Ally McBeal, Carrie Bradshow, Monica, Chanders…Tant mieux !

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 2 août 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s