Madame Bovary, 1949

Vincente Minnelli

Me BOVARY

L’adaptation de chef d’oeuvres littéraires au cinéma nous fait souvent bailler d’ennui. La rencontre d’un grand romancier avec un grand cinéaste a toutes les chances d’aboutir au statu quo le plus plat.

Parfois, le cinéaste met à nu l’écrivain, parfois l’écrivain a des choses à dire au cinéaste.
C’est le cas lorsque Hollywood se penche sur la très française Emma Bovary. La MGM a eu la bonne idée de confier cette adaptation à l’un des plus fins analystes des tourments humains que comptait alors l’usine à rêve. Et Minnelli se découvrit avoir des choses à dire à Flaubert!

Par courtoisie, il passe par l’entremise d’un double : James Mason interprète l’écrivain lors d’un procès pour immoralité, durant lequel il narre les passions de son héroïne.

L’évidence frappe, l’épouse de médecin provincial avait tout de l’apprentie starlette dont les yeux brillent sous les lettres scintillantes des devantures de cinéma…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 20 juillet 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s