La mort a pondu un oeuf, 1968

La morte ha fatto l’uovo

Giulio Questi

la_mort_a_pondu_un_oeuf_photo_1

Comme il venait de le faire avec le western, Questi plonge le polar dans un brouet de sorcier et observe la métamorphose.

Le pitch est idiot : un industriel qui possède un élevage de poules trompe sa femme avec une jeune maîtresse. Il élabore une machination pour se débarrasser de celle-ci mais son stratagème se retourne contre lui.

Néanmoins, ce résumé condense avec exactitude la dramaturgie du film.

Evidemment tout est symbole : l’oeuf, la poule, l’élevage, la femme, la maîtresse… De manière moins évidente, la masse des symboles dissous progressivement l’analyse pour nous plonger dans les affres d’un film fou où l’esthétique pop donne à ressentir la frustration d’une société à qui l’on a dit qu’elle se libérait, où les poulets dévorent les hommes qui les nourrissent, où l’amour est le simulacre de toutes les perversions…

la mort a pondu un oeuf affiche_big

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 5 juillet 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s