Rêves de singe, 1977

Marco Ferreri

reve-de-singe-1977-03-g
Pour Ferreri, tout est fini depuis longtemps. Les utopies, la politique, l’amour, la civilisation… l’humanité, sans doute. Tout cela ne se discute même plus. Seule chose à filmer : les hypothèses pour un nouveau départ. Si possible en oubliant tout ce qui faisait notre passé.

Retour fœtal, cannibalisme, animalité… parcourent une œuvre foisonnante. A l’aube des années 80, le cinéaste se lance même dans des divagations cyberpunk, à sa manière.
Dans un avenir incertain, Depardieu, fragile comme rarement, se découvre en vie au contact de 2 singes, un vrai et un faux. A moins que ce ne soit l’inverse.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 20 juin 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s