Profession reporter, 1975

The passenger

Michelangelo Antonioni

the-passenger63

« The passenger », c’est aussi le titre d’un super album d’Iggy Pop. Pas de lien, si ce n’est le fantasme cinéphile d’entendre les notes de l’iguane sur les images du cinéaste moderne par excellence.

Un autre fantasme est ici à l’oeuvre. Il tiendrait presque du mirage comme si nous subissions la torpeur du désert traversé par les protagonistes. La star Nicholson joue (magnifiquement) dans un film interminable et incompréhensible de Michelangelo Antonioni. A part Nicole Kidman chez Lars Von Triers, ce genre de confrontation a pratiquement disparu.

Jack est grand. Il est grand, ici, car il laisse la place à une star plus grande que lui, la mise en scène antononienne. A la fois contemplative et chorégraphique, celle-ci nous englobe progressivement dans un univers hypnotique où sera rejoué la lutte de l’homme contre les dieux.

Une caméra toute puissante les accompagnera, parvenant parfois à retirer la vie en un simple travelling. Beaucoup ont étudié le phénomène. Personnellement, j’espère ne jamais le comprendre, afin de pouvoir continuer à l’admirer comme la première fois…

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 5 mai 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s