L’impasse, 1994

Carlito’s way

Brian De Palma

Carlito's way

10 ans après « Scarface », De Palma retrouve Pacino et la mafia cubaine. Mais l’époque n’est plus la même, Carlito serait un Tony Montana qui aurait mûri. Un homme plus très loin du crépuscule et qui en prend conscience.

Carlito connaît l’histoire par cœur, pour y avoir assisté souvent et en interpréter le bourreau, parfois. Il ne se fait plus d’illusions sur le destin des gangsters fussent-ils des gentlemen. Alors autant que le dernier tour de piste ait de la gueule !

De Palma infiltre le classicisme hollywoodien de ses expérimentations passées. Il offre pour la dernière nuit de son héros un festin visuel tel que l’on ne peut s’empêcher de voir se dessiner un sourire sur le visage épuisé de Carlito au seuil de la mort.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 28 avril 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s