J’ai vécu l’enfer de Corée, 1951

The steel Helmet

Samuel Fuller

J'ai vécu l'enfer de Corée

A la commission d’enquête militaire qui lui opposait qu’on ne trouve pas de temple bouddhiste en Corée, Samuel Fuller prouva qu’il existait un temple en ruine près de la frontière avec la Chine.

L’anecdote démontre la profondeur morale d’un cinéaste qui a reconstituée la jungle asiatique à Griffith Park sans pour autant tergiverser sur la réalité humaine de la guerre et qui la filme au plus près de la gueule des soldats, telle qu’il l’avait lui-même vécue à l’autre bout du monde.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 6 février 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s