The host, 2006

Gwoemul

Bong Joon-Ho

The_Host01

Le monolithe de « 2001 » se serait-il mué en batracien radioactif ? Ce sera, en tous cas, pour Bong Joon-Ho, le catalyseur de toutes les folies, de part et d’autre de la caméra. On peut aussi penser que l’anguille d’Immamura a muté pour s’échapper vers les eaux territoriales coréennes.
Ainsi, le cinéaste se permet tout : le film catastrophe, le burlesque (avec une scène de funérailles à la fois douloureuse et hilarante), le drame psychologique (recomposition d’une famille dans les épreuves) et un cinéma bis multiforme.
Restent en mémoire des séquences très iconique, en particulier lorsqu’une jeune fille (véritable fantasme d’otaku) affronte la créature munie d’un arc, telle une diane chasseresse perdue dans des égouts de science fiction. Surtout, « The Host » maintien un sentiment malsain d’angoisse et de tristesse, sous ses airs de barnum, jusqu’à une séquence finale d’une beauté désespérée.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 12 novembre 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s