Les frissons de l’angoisse, 1975

Profondo rosso

Dario Argento
Deep Red Blu-Ray (11)

A l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai toujours pas terminé la vision de « Mother of tears » alias « La terza madre », dernier chapitre tardif de la série des 3 mères. Il y a encore quelques années, jamais je n’aurai cru qu’un film de Dario Argento resterait coincé dans mon lecteur DVD…
Après des films fragiles que l’on défendait sabre au clair, Dario Argento a poursuivi une filmographie de plus en plus erratiques entre mauvaises idées mal filmées (« Il cartaio ») et téléfilms indignes (« Do you like Hitchcock? » ou ses participations aux « Masters of horror »).

Je me rappelle une interview de John Cleese durant laquelle il décrivait son malaise face à un comique autrefois imparable qui, un jour, perdit la formule. Ce qui déclenchait le rire laissait de marbre, l’hilarité devenait consternation.
Aujourd’hui, alors que thèses et livres abondent sur le cinéaste italien et que le giallo revient à la mode, les détracteurs ont beau jeu de s’écrier Dario Argento, ce n’est que ça… On ne leur en veut même pas car ses derniers opus sont tellement loin de ses chef d’oeuvres.

Pourtant, subsiste une gêne. Car finalement, oui Dario Argento, c’est ça ! Le mauvais goût, les clichés, le grotesque… tout ça ! Et pour notre plus grande peine, ça ne marche plus ! Pourtant, ça a été si grand…

Deep Red Blu-Ray (22)

Alors on remonte aux sources, aux grandes heures. On se souviens. Notamment du fait que l’on se doutait bien que ça ne pourrait pas toujours marcher. Faire un cinéma aussi baroque et dérangeant, mais également si fragile, et n’enchaîner que les sommets, qui aurait pu ?

De 1969 à 1996, Dario Argento ne nous a offert que des oeuvres géniales, proposant parfois un sommet entre les sommets, histoire de conserver un point de repère, un point de vue sur l’ensemble du cinéma.
« Profondo rosso » en est un, un pic fulgurant qui surplombe l’ensemble. Le 5e film de Dario Argento résume la filmographie de son auteur, le cinéma de genre, le cinéma italien mais ne ressemble à rien de connu. Le cinéaste dissèque ses influences jusqu’aux racines puis en disperse les cendres pour construire le cinéma de demain. L’image cachée fait désormais partie de notre inconscient.

La pop sixties se durcit pour laisser naître le hard rock. Le cinéma d’épouvante devient gore. Argento prend acte en filmant des cauchemars d’enfants dans toute leur démesure !

Deep Red Blu-Ray (5)

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 12 octobre 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s